Bienvenue

Un jour, j’ai décidé de voyager. J’ai passé le cap et je me suis retrouvée dans mon vaisseau qui m’amenait dans une grande aventure. J’ai reçu des messages, on me disait que l’on m’attendait avec impatience. Moi je me préparais à faire la connaissance de mes hôtes.
La route a été longue et quand je suis arrivée, on m’a accueillie les bras ouverts. On m’a conforté que j’étais attendue depuis trop longtemps, mon arrivée était inespérée…
On m’a appris à vivre ici et à évoluer, ce que j’ai fait. Il fallait aussi respecter les règles de vie et surtout être parfaite pour être acceptée. Mais un jour, j’ai observé les autres autour de moi et je me suis demandée « c’est quoi la perfection ? »
Est-ce ceux qui humilient leurs semblables ? Ceux qui ne peuvent pas s’empêcher de les critiquer ? Ceux qui jugent et rigolent de l’aspect d’un autre ? Ceux qui ferment les yeux pour ne voir que leur nombril ?
Toutes ces questions se sont regroupées en moi, mais une seule est venue les effacer : « moi, qui suis-je et qu’est ce que je veux devenir ? »
On m’avait dit que la vie ici était merveilleuse et qu’elle était sacrée. Mes hôtes étaient convaincus que je serai bien, mais ils n’avaient pas prévu que les autres ne m’acceptent pas comme j’étais.
Un seul défaut qui n’est pas passé inaperçu. Un défaut qui arrive à certains, mais la norme ce n’était pas moi. J’ai dû me battre pour me faire entendre et être acceptée par les autres, mais cela n’a rien changé. Je pensais pouvoir leur faire voir que la vie ici était faite pour moi, mais ils m’ont apporté la preuve du contraire au fil du temps.
J’ai décidé de rester dans mon abris et je les ai observé ; se déchirer entre eux, se battre, s’humilier et se déchirer. Ma carapace s’est formée peu à peu et ceux qui ont déjà essayé de m’en faire sortir pour m’attaquer n’y sont pas arrivés.
J’ai compris que tout le monde ne pouvait pas être parfait; il y a ceux qui aiment faire du mal et ceux qui aiment faire du bien. Je fais partie de ceux qui aiment le bien, car j’ai déjà vécu des attaques de ceux qui veulent le mal.
Mais on m’a appris qu’ici, tout le monde avait sa place. Il suffit juste d’être fort moralement et ignorer ceux qui n’en valent pas la peine, vaincre ses peurs et être courageux. Aider son prochain pour que les choses changent.
J’ai moi aussi demandé d’être hôte et quand mon étranger est arrivé je lui ai tout expliqué et préparé à ce qui pourrait endurer.
Et je lui ai dit « bienvenue sur la terre mon fils, soit fort pour vaincre l’imbécillité des autres humains et aiment la vie et vis la tienne comme tu l’entends sans te retourner »

Publicités

Auteur : jocelynetribot

Jocelyne Tribot est un écrivain français. Elle est née le 24 février 1981 en Haute-Vienne. Elle aime écrire depuis son adolescence et a commencé à publier ses écrits en 2014, des nouvelles et des romans en tout genre. Elle aime faire passer beaucoup d'émotions aux lecteurs. Mon combat est son premier livre puis Valentine son deuxième, Océan d'amour océan de la peur et autres nouvelles et enfin Maman d'enfants aux pieds bots.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s